Accueil > Colloques et journées d’études > La 4eme édition du Congrès du RFS : « Langues de valeur et valeur des langues (...)

La 4eme édition du Congrès du RFS : « Langues de valeur et valeur des langues »

Deadline : 14 septembre 2018

Bibliographie

Congrès 2019
La 4eme édition du Congrès du RFS : « Langues de valeur et valeur des langues » se tiendra à Ottawa, du 13 au 16 juin 2019.

site du colloque : https://rfs2019.wordpress.com

*** nouveau (juin 2018) : l’appel à communication est désormais lancé (jusqu’au 14 septembre 2018) ***

D’un congrès à l’autre, le Réseau francophone de sociolinguistique affirme son engagement à penser le caractère social de la langue. Cette approche en fait un réseau engagé dans les débats publics autour des langues de scolarisation, de l’orthographe, des langues d’états et de citoyenneté, de la place des langues dans l’économie marchande et de la mondialisation. D’un débat à l’autre, c’est la valeur symbolique, économique et sociale des multiples pratiques linguistiques dans des espaces donnés qui intéressent tant les chercheurs que les acteurs sociaux investis dans les débats linguistiques.

La langue est souvent pensée comme un objet qui englobe à la fois une valeur affective, une valeur commerciale et une valeur politique. Ces conceptions s’arriment en société pour produire et à la fois contester, l’ordre social. Objet de valeur, la langue devient aussi un espace de luttes morales diverses : on peut penser par exemple aux représentations que se font les locuteurs des langues ; à l’intensification des pratiques de qualification linguistique donnant accès à la citoyenneté ; aux tentatives de produire, redéfinir ou maintenir des normes linguistiques autour des langues nationales ou minoritaires ; aux pratiques de marchandisation et d’authentification des langues ; et aux angoisses qui entourent la redistribution de la valeur des langues en contexte de mondialisation.

La question des langues de valeur aiguille notre regard vers les rapports de pouvoir langagiers, les jugements sur les langues, la glottophobie et le rôle que joue l’institutionnalisation des langues sur la production ou le démantèlement des inégalités sociales. La notion de langue de valeur joue un rôle dans les conflits sociaux auxquels peuvent prendre part les locuteurs. Simultanément, de nombreux espaces permettent aujourd’hui une valorisation de pratiques multilingues, hybrides ou translangagières, permettant ainsi une valorisation accrue de pratiques autrement marginalisées. Quels sont ces espaces ? Quelles visions des langues les habitent ? Et quels sont les effets de la valorisation de certaines formes de multilinguisme et de pratiques translangagières sur les locuteurs ?

La valeur des langues mène aussi à une réflexion sur les locuteurs, à leurs pratiques, à leurs représentations et aux espaces discursifs qui les traversent. En quoi les processus de valorisation de certaines langues contribuent-ils à sécuriser ou insécuriser les locuteurs, à les qualifier ou à les disqualifier, à construire des solidarités, à établir les frontières entre nous et eux ? Dans quelle condition des pratiques linguistiques deviennent-elles l’objet de militantisme ?

La perspective sociolinguistique occupe le champ de la production des savoirs sur les langues, mais elle n’est de loin pas la seule. Elle cohabite avec d’autres traditions d’élaboration des connaissances, parfois convergentes, parfois divergentes. Ces perspectives épistémologiques diverses ont un effet sur les acteurs sociaux engagés dans la valorisation de certaines pratiques linguistiques, de certaines conceptions de la langue, de certains objectifs sociaux. Y a-t-il une spécificité du savoir sociolinguistique sur les langues ? Et si oui laquelle ? Quels sont les effets des savoirs sociolinguistiques sur les politiques publiques, les curriculums scolaires, les pratiques de citoyenneté ? Quels sont les espaces potentiels d’échange interdisciplinaire avec d’autres disciplines ? Qui sont les autres acteurs des savoirs sur les langues ?

En choisissant cette thématique, les organisateurs-trices de ce 4eme Congrès du RFS souhaitent participer à la réflexion sur les espaces de construction de la valeur des langues, que ce soit en termes de légitimation, de contestation, de résistance, de reproduction et de compétition. Les participant-e-s sont invité-e-s à conceptualiser la notion de valeur, en tenant compte de sa polysémie pour en faire un outil permettant de saisir les rapports qu’entretiennent les locuteurs avec diverses pratiques langagières. Ils-elles sont encouragé-e-s à penser les divers aspects de la dé/valorisation des langues et de ses effets sur les locuteurs, sur les inégalités sociales, les politiques publiques, la marchandisation et les pratiques linguistiques elles-mêmes.


Voir en ligne : RFS

Retour à l'annuaire